Sommaire

 

Beaucoup de personnes ne manifestent aucun signe après l'infection par le VIH, au moment de la primo-infection. Chez certaines, en revanche, des symptômes du sida apparaîtront, mais auront une apparence anodine, similaire à une grippe dans les jours ou les semaines suivant l'infection. Le dépistage ne peut être vraiment efficace qu'au bout de 3 semaines. Il est alors temps de réagir rapidement avec un traitement et d'éviter au maximum la survenue de maladies opportunistes.

Quels sont les symptômes du sida à chaque étape de l'infection ?

Ce qui rend le VIH particulièrement redoutable est le fait qu'il peut envahir l'organisme qu'il infecte pendant plusieurs mois, voire années, sans se manifester, sauf à travers des symptômes assez banals pour passer inaperçus. En cas de risque d'infection, le virus est donc susceptible de suivre les étapes suivantes :

  • Stade de primo-infection :
    • réplication intense du virus après l'infection, durant quelques semaines à quelques mois ;
    • symptômes : aucun ou proches d'un état grippal.
  • Stade de latence :
    • phase d'équilibre pendant laquelle le virus est plus ou moins contrôlé par le corps ;
    • symptômes : aucun symptôme clinique, mais le virus est détectable dans le sang.
  • Stade sida :
    • phase terminale de l'infection, les maladies opportunistes pouvant alors infecter le malade dont les défenses sont très largement affaiblies ;
    • symptômes : de plus en plus nombreux et correspondant aux maladies opportunistes contractées.

Symptômes du VIH lors de la primo-infection

Après la primo-infection, il est possible que la personne ne développe aucun symptôme, la progression de la maladie variant fortement selon les individus. Cet état de latence peut perdurer de quelques mois à plus de 10 ans. Pendant ce temps, le VIH continue à se répliquer activement et à infecter les autres cellules.

La conséquence directe est un affaiblissement général et progressif du système immunitaire chargé de nous protéger contre les infections virales, bactériennes et autres. Les cellules CD4, en première ligne des défenses, sont alors les principales affectées.

Symptômes du sida chez un malade déclaré

Lorsque le sida cesse de progresser sans signes, on dit que le malade est « déclaré ». Les traitements mis alors en place visent surtout à atténuer ces symptômes et l'aggravation de l'infection. On peut citer quelques-uns de ces signes, même s'il en existe beaucoup plus :

  • tuméfaction (augmentation de volume ou gonflement) des ganglions ;
  • perte de poids ;
  • fièvre ;
  • diarrhée ;
  • toux chronique, etc.

Ces symptômes se déclarent en moyenne au bout de 3 à 5 ans ; parfois quelques mois ou parfois 10 ans. Chez certaines personnes, ce sont même ces manifestations qui permettent de diagnostiquer la maladie. Mais ces dépistages tardifs sont également dus à :

  • un manque d’observance (respect des prescriptions médicales) ;
  • des interactions médicamenteuses ;
  • des personnes réfractaires au traitement ;
  • des personnes n’ayant pas accès aux soins (par manque d'argent ou méconnaissance).

Deux groupes de symptômes du sida

En cas d'infection au VIH et de développement de la maladie, les symptômes détectés pourront être la conséquence de 2 phénomènes :

  • la réponse de l'organisme face à l'attaque du VIH ;
  • l'affaiblissement du système immunitaire.

Symptômes provoqués par la réponse directe au VIH

Une fois le système immunitaire fortement altéré, une personne infectée par le VIH peut développer plusieurs types de symptômes, la lutte contre le virus nécessitant beaucoup d'énergie. La réponse du corps se rapproche alors d'un syndrome grippal prolongé :

  • perte d'énergie ;
  • perte de poids ;
  • fièvre et sueurs ;
  • infections récurrentes ou persistantes ;
  • rash (éruptions) cutané ;
  • perte de mémoire ;
  • herpès buccal, génital ou anal.

Symptômes dus à la baisse d’immunité

Le sida est le stade ultime de l'infection par le VIH. Il est défini par une personne infectée avec un taux de cellule CD4+ inférieur à 200 par microlitre de sang. La définition inclut aussi des atteintes qui n'arrivent que très rarement chez un sujet sain et qui sont causées par des bactéries, des virus, des champignons, des parasites et d'autres micro-organismes. Les infections opportunistes sont fréquentes chez les patients au stade sida, tous les organes pouvant être affectés. Les symptômes les plus courants sont :

  • toux chronique ;
  • difficulté ou douleur à la déglutition ;
  • troubles mentaux comme une confusion ou trouble de la mémoire ;
  • diarrhée sévère et persistante ;
  • fièvre ;
  • perte de la vision ;
  • nausées, crampes abdominales, vomissements ;
  • perte de poids et fatigue extrême ;
  • maux de tête et raideur de la nuque ;
  • coma.

Les patients au stade sida ont également plus de risque de développer des cancers, comme le sarcome de Kaposi, le cancer du col de l'utérus et des cancers du système immunitaire appelés lymphomes.

Un symptôme du sida bien particulier : le sarcome de Kaposi

Le sarcome de Kaposi est un cancer dont la particularité est de provoquer l'apparition de tumeurs violacées ou brunâtres, similaires à des plaies. Les lésions se développent :

  • sur la peau ;
  • ou dans la bouche, au niveau :
    • du palais ;
    • de la langue ;
    • des gencives ;
    • des amygdales.

Il s'agit du cancer le plus fréquent chez les patients atteints du sida.

Aussi dans la rubrique :

Dépistage

Sommaire

Ces pros peuvent vous aider