MST

Sommaire

Les centres de dépistage des MST constituent tout d'abord des lieux où il est possible de passer anonymement des tests médicaux. Mais ils sont également des lieux d'information et d'aide psychologique face aux questions et peurs que peuvent soulever ces maladies.

Qui consulter : centres de dépistage des MST ? Médecin ?

En cas d'exposition présumée à une IST, plusieurs types de professionnels peuvent être consultés afin de faire passer des tests de dépistage :

  • Les centres de dépistage (comme les CIDDT : Centres d'Information, de Dépistage et de Diagnostic des IST) :
    • Ces centres sont présents dans chaque département.
    • Les consultations sont anonymes à l'aide d'un numéro garantissant cette confidentialité.
    • Les traitements peuvent aussi être délivrés gratuitement, particulièrement pour les personnes qui ne possèdent pas de couverture sociale.
  • Le médecin traitant peut aussi être un interlocuteur privilégié. En effet, il peut prescrire un test de dépistage et suivre le patient en cas de traitement. Si nécessaire, le médecin traitant pourra orienter le patient vers un spécialiste.
  • Les femmes qui sont suivies par un gynécologue peuvent bien sûr l'interroger sur les MST et envisager un dépistage.
  • Enfin, les dermatologues, en raison des nombreuses manifestations dermatologiques de ces maladies, sont aussi des spécialistes des MST et peuvent les diagnostiquer, les traiter et assurer le suivi.

Quand se rendre dans un centre de dépistage des MST ?

La démarche de vouloir se faire dépister et de se rendre dans un centre est toujours bénéfique, même si elle s'accompagne de certaines particularités propres à chaque infection.

Spécificité du VIH

Dans le cas du VIH, le dépistage immédiat n'est pas forcément efficace. En effet, dans le cadre du dépistage du sida, on recherche des anticorps contre le virus. Or, la première phase de la contamination, appelée primo-infection, n'est pas accessible pour les tests de dépistages. Le virus n'est pas détectable. Il faut donc attendre 6 à 8 semaines après un rapport à risque pour que le corps ait produit des anticorps en assez grande quantité pour être détectés.

En revanche, si moins de 48 heures se sont écoulées depuis le rapport à risque (rupture de préservatif ,par exemple), il est possible de bénéficier d'un traitement post-exposition qui peut parfois limiter les risques d'infection. Il faut, pour cela, se rendre dans le service d'urgence d'un hôpital.

Les autres MST

Le dépistage des autres MST se fait le plus souvent lorsque le diagnostic de l'une d'entre elle a été fait. Malheureusement, beaucoup de ces infections évoluant sans symptôme. De fait, le diagnostic et donc le dépistage se font très tardivement, ce qui complique la mise en place d'un traitement.

De manière générale, il serait recommandé qu'en cas de doute sur une contamination possible, la personne aille immédiatement passer un test de dépistage des IST. Savoir le résultat le plus tôt possible permet de mettre toutes les chances d'une guérison ou de soins de son côté.

Dépistage régulier dans certains cas

En France, les autorités de santé ont émis des recommandations pour le dépistage annuel du sida concernant certaines catégories de populations :

  • homosexuels ;
  • usagers de drogues ;
  • personnes ayant plusieurs partenaires notamment originaires d'Afrique subsaharienne et des départements d'outre-mer.

De même, un dépistage systématique des infections à chlamydia trachomatis doit avoir lieu au moins une fois chez toutes les femmes sexuellement actives de 15 à 25 ans, y compris les femmes enceintes (dont celles qui consultent pour une IVG). En cas de test négatif et de rapports sexuels non protégés avec un nouveau partenaire, le dépistage est à renouveler chaque année. Si le test est positif, un traitement est défini et le dépistage est répété à 3-6 mois.

Centres de dépistage des MST et lieux d'information et d'aide

Il existe quelques centres de dépistage que l'on peut évoquer ici et qui apportent un moyen de se faire dépister comme de l'aide et une écoute.

CeGidd

Les CeGidd, pour Centres gratuits d'information, de dépistage et de diagnostic (dédiés aux infections par les virus de l'immunodéficience humaine, des hépatites virales et des infections sexuellement transmissibles), remplacent les anciens CIDAG (Centre d'Information et de Dépistage Anonyme et Gratuit).

Ils sont présents dans les grandes villes.

CPEF

Pour compléter les services proposés par les plannings familiaux, des Centres de Planification et d’Éducation Familiales (CPEF) ont vu le jour. Ils dépendent du Conseil Général et la population y est accueillie de façon anonyme et gratuite pour les mineurs (et pour les majeurs qui ne bénéficient pas du régime de Sécurité sociale).

Certains de ces lieux d’écoute, d’accueil et de prise en charge autour des questions sur la sexualité, la contraception, la grossesse ou l’IVG, effectuent également des dépistages du SIDA et des IST.

Les associations

Enfin, certaines associations sont aussi parfois habilitées à réaliser des dépistages. Les tests de dépistage rapides sont le plus souvent utilisés dans ces structures. Puis, le malade sera redirigé vers des lieux plus spécialisés et équipés pour faire un second test de confirmation.

Ces pros peuvent vous aider