MST

Sommaire

Inflammation d'une petite glande située dans le vagin, la bartholinite peut résulter d'une infection sexuellement transmissible. Si la voie médicamenteuse donne de bons résultats quand la maladie est rapidement détectée, une intervention chirurgicale s'avère nécessaire dans les cas plus avancés. Le point sur la bartholinite dans cette astuce.

Bartholinite : description

Glandes de Bartholin : pour la lubrification vaginale

Les glandes de Bartholin sont situées de chaque côté de l'entrée du vagin, enchâssées dans le périnée. Elles contribuent à sa lubrification au cours des rapports sexuels.

Elles ont une forme aplatie, allongée et mesurent de 1 à 1,5 cm de longueur. Chacune se prolonge par un canal excréteur, qui permet de déverser le fluide produit par la glande dans le vagin.

Du kyste à l'abcès

Lorsque le canal d'une glande se bouche, celle-ci gonfle et un kyste se forme. Il passe inaperçu dans bien des cas. Il risque cependant de se surinfecter et l'abcès ainsi formé est très douloureux : on parle alors de bartholinite.

Les organismes pathogènes responsables de l'infection sont généralement :

  • Transmis au cours d'un rapport sexuel (gonocoques, chlamydia trachomatis, etc.), d'où l'importance se protéger à l'aide d'un préservatif.
  • Issus de l'intestin (Escherichia coli, entérobactéries, etc.).

Une seule ou chacune des glandes peut être concernée. La bartholinite se manifeste entre la puberté et la ménopause. On estime qu'environ 2% des femmes sont touchées à un moment de leur vie par cette affection.

Symptômes de la bartholinite

En plus de la douleur, d'autres symptômes peuvent se manifester :

  • un gonflement et des rougeurs au niveau de l'orifice vaginal,
  • des pertes vaginales,
  • de la fatigue, éventuellement associée à de la fièvre.

Traitements de la bartholinite

Le diagnostic est généralement facile à poser, à l'aide d'un simple examen gynécologique. Un prélèvement de sécrétions peut être effectué pour identifier le microbe responsable de l'infection, pour le combattre de façon adéquate.

Prise d'antibiotiques

Aux premiers stade de la maladie, un traitement antibiotique peut s'avérer suffisant. Deux approches principales sont possibles :

  • Traitement par voie orale, avec le recours à un médicament contenant une association d'un antibiotique de la famille des pénicillines, l'amoxicilline, et d'acide clavulanique, qui optimise l'action de celui-ci.
  • Traitement par injection intramusculaire unique de ceftriaxone, un antibiotique de la famille des céphalosporines, associée à une prise de doxycycline orale pendant 15 jours.

Incision de la glande

Lorsque la maladie est à un stade plus avancé et que du pus s'écoule de l'abcès, une incision chirurgicale de la glande doit être réalisée afin de la vider de son contenu. L'intervention se déroule sous anesthésie locale.

Ablation de la glande

En cas de récidives, l'ablation totale de la glande peut s’avérer nécessaire. Elle se déroule le plus souvent sous anesthésie générale, avec une hospitalisation de 24 à 72 heures.

Nos contenus vous informent sur les problèmes gynécologiques :

Aussi dans la rubrique :

Types de MST

Sommaire

Ces pros peuvent vous aider